Des chaînes d’approvisionnement agiles et résilientes, c’est la nouvelle exigence à laquelle les industriels du sport doivent répondrent en 2021, selon le rapport de la fédération internationale des industries des équipements sportifs (WFSGI) et du cabinet McKinsey, Sporting Goods : The Next normal for an industry in flux. Suite à la mutation de tout un secteur, ses acteurs n’ont plus d’autres choix que de s’adapter à ces nouvelles normes pour assurer la pérennité de leur activité.

2020 : Une transformation accélérée du secteur, suite à la crise sanitaire

En 2020, la crise sanitaire a bouleversé le secteur des articles de sport, mettant de nombreux détaillants et fabricants textiles en difficulté; une première depuis la crise financière mondiale de 2007-2008. 

Accusant lors de la première phase de la crise une chute de 7%, le marché des articles de sport connaît aujourd’hui un rebond de l’activité assez disparate selon les segments. Les sports individuels en plein air et l’entraînement à domicile ont été globalement épargnés au détriment des sports d’équipe et de salle impactés par le report de certains événements sportifs et le confinement de la population. 

Si la Covid-19 a tout d’abord eu un impact temporaire sur les fluctuations de la demande, le rapport revient sur la dimension durable des conséquences de la crise qui a nettement accéléré la transformation de l’industrie du sport sur toute sa chaîne de valeur. 

A commencer par le e-commerce avec une pénétration en ligne 6 fois plus élevée qu’avant crise, il connaît un véritable essor sur ce marché et accélère le développement des modèles DTC (Direct To Consumer). Pour les équipes supply chain, cela implique de gérer des cycles de commandes de plus en plus courts, d’outre-passer les distributeurs et de redéfinir une nouvelle relation client, nettement plus digitale.

A cela s’ajoutent de nouvelles attentes des consommateurs, à l’affût de chaînes d’approvisionnement plus propres et de produits plus durables. 

Pour répondre à ces nouvelles normes, les acteurs du marché doivent impérativement et rapidement adapter leur proposition client et aligner leurs capacités opérationnelles

 

2021 : Plus d’agilité et de flexibilité sur la chaîne d’approvisionnement, la nouvelle norme pour les organisations supply du secteur  

Outre les nouvelles tendances de consommation énoncées dans ce rapport, comme l’atheleisure (vêtements conçus pour convenir aussi bien à l’exercice qu’à la vie quotidienne) ou la durabilité des produits, l’étude identifie deux bouleversements majeurs pour l’industrie du sport : d’une part repenser le rôle du commerce de détail et d’autre part adapter les chaînes d’approvisionnement. Sur ce second point, les acteurs supply doivent réformer entièrement les modèles classiques des chaînes d’approvisionnement, pour disposer de chaînes d’approvisionnements plus flexibles et agiles

L’objectif est double : être en mesure de prendre de meilleures décisions pour tirer parti des opportunités et nouvelles tendances de consommation; et solidifier les partenariats entre professionnels des chaînes d’approvisionnement afin de rendre la collaboration plus efficace.

En 2021, la localisation sera la tendance numéro un. Deuxièmement, nous allons voir plus de volatilité. Les modèles de vente directe au consommateur, en particulier le commerce électronique, nécessiteront des délais plus courts … Et enfin, je pense que les fournisseurs vont pousser pour plus d’automatisation.” commente D. Hu, responsable de la stratégie groupe, Pou Chen Group / Yue Yuen Industrial

 

Quels leviers d’action pour répondre à cette nouvelle norme ?

Miser sur la collaboration

Localiser avec précision et fiabilité ses marchandises est une nécessité pour tout responsable approvisionnements ou logistique. Cela signifie d’être en mesure, aux différentes étapes de la chaîne, de pouvoir communiquer et se connecter facilement aux différentes sources d’informations concernées, en premier lieu, les fournisseurs et les transporteurs. Miser sur la collaboration, c’est assurer une remontée et une mise à disposition des informations opérationnelles à la granularité adaptée pour supprimer les ruptures d’informations, optimiser la coordination opérationnelle et anticiper au mieux les éventuels aléas (retard de livraison, quantités manquantes, changement de plan de transport…).

Concrètement, une communication efficace aux clients sur les commandes fournisseurs attendues n’est possible que si, à tout moment, une organisation supply et capable d’avoir une vision de bout-en-bout de l’exécution de ses flux, en collaboration directe avec l’ensemble des acteurs concernés. 

La mise en place d’une plateforme collaborative permet ce partage d’informations temps-réel et unifié entre les équipes approvisionnement, supply, logistique, les fournisseurs et transporteurs, et les systèmes IT. De la validation d’une commande à sa livraison finale, chaque partie prenante partage les informations d’avancement (validations, dates, documents…) de manière structurée et organisée, qui sont instantanément disponibles pour tous. 

Anticiper les perturbations grâce à une approche prédictive

Pour être en mesure de  réagir rapidement aux perturbations de la chaîne d’approvisionnement, il faut pouvoir les anticiper le plus tôt possible pour en limiter au maximum les conséquences. Pour cela, une base de données complète et structurée qui centralise les informations de tous les acteurs de la chaîne d’approvisionnement impliqués dans le suivi des commandes (fournisseurs, transporteurs, transitaires, agents de douanes, prestataires qualité etc.) est un atout pour avoir une vision réaliste des opérations à tout moment et une logistique flexible qui s’adapte à la criticité des flux et à l’évolution rapide des usages ou facteurs externes : livraisons plus rapide, pénuries de matière première, application de tracking des marchandises.

Mais agréger de la donnée en masse ne suffit pas pour gagner en réactivité, il faut les trier et les hiérarchiser pour identifier les données critiques qui nécessitent une attention et une réaction rapide de la part des équipes supply. Évidemment, la dimension exhaustive des datas ne permet pas leur traitement manuel par les équipes opérationnelles. Pour répondre à cet enjeu, l’une des solutions envisageable peut être d’utiliser une plateforme collaborative de suivi des flux telle que Winddle, qui a conçu un système d’alertes identifiant en temps-réel la moindre incohérence sur les quantités attendues et livrées, les retards sur le planning ou les potentiels surcoûts et alerte automatiquement les équipes est une des solutions les plus sûres. Prévenus plus en amont ou dès l’apparition d’une perturbation, les équipes anticipent les aléas et disposent d’un délai de réactivité supplémentaire pour limiter leurs impacts sur la chaîne.

Identifier précisément les leviers d’amélioration de sa performance Supply 

L’un des nombreux avantages des solutions de suivi des flux supply chain, réside dans la fiabilité des données qu’elle intègre. En déclarant de manière autonome les informations relatives aux étapes d’exécution des commandes sur la plateforme,  les différents acteurs de la chaîne d’approvisionnement délivrent des données natives et fidèles à la réalité des opérations. De meilleure qualité et plus fiables, elles sont d’autant plus exploitables pour évaluer son activité avec objectivité.  

Au-delà de faire gagner un temps précieux aux équipes approvisionnements/logistiques dans la recherche, la centralisation et la structuration quotidiennes des informations relatives aux commandes fournisseurs, ces données natives sont un socle solide pour évaluer la performance de sa Supply Chain et améliorer ses pratiques opérationnelles. Les flux à sécuriser ou peu performants sont rapidement identifiés et les prises de décisions ou plans d’actions sont plus sûrs.

Pour en savoir plus, lire notre article sur le sujet : Plus de données, plus de clarté, la supply chain s’organise


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *